Sur scène.

Raphaël Heyer a joué dans les pièces suivantes :

 

  • Les Souffrances de Job, de Hanokh Levin, mise en scène de Noèle de Murcia (Cie L'Apostrophe), Cube Noir, Strasbourg, 2007
  • Opéra Panique, de Alejandro Jodorowsky, mise en scène de Sabine Lemler (Cie Voir-Imaginer-Agir : VIA), Strasbourg, Orbey, Gertwiller, 2006-2007
  • Les Justes, de Albert Camus, mise en scène de Gilles Evrard (Association de Réalisation Théâtrale des Universités de Strasbourg : ARTUS), Cube Noir, Strasbourg, 2004
  • Le Comique du quotidien, d'après Karl Valentin, mise en scène de Lionel Astesiano (Université de Bourgogne), Atheneum, Dijon, 2004
  • Les Veines du silence, de Raphaël Heyer, mise en scène par l'auteur (ARTUS), Molodoï, Strasbourg, 2002
  • Où vas-tu Jérémie ?, de Philippe Minyana, mise en scène de Sabine Lemler (ARTUS), Table Ronde, Strasbourg, 2002
  • Goldoni, d'après Carlo Goldoni, mise en scène de Pierre Diependaële (Lycée Freppel d'Obernai), Espace Athic, Obernai, 1997
  • Un Contretemps quotidien, d'après Franz Kafka, mise en scène de Pierre Diependaële (Lycée Freppel d'Obernai), Espace Athic, Obernai, 1996

Collaboration pour :

Restons Ensemble Vraiment Ensemble

Un projet d'été de la Manufacture, Haute Ecole de Théâtre de Suisse romande
Mise en scène : Vincent Brayer, promotion D/2007-2010)

10, 11 et 12 septembre 2010


On jugerait bien plus sûrement un homme d'après ce qu'il rêve que d'après ce qu'il pense. (Victor Hugo).
 
Avant de franchir une ultime fois le seuil de la Manufacture comme élève, j'ai voulu tenter de comprendre ce que nous pourrions devenir, nous acteurs qui avons hanté ses murs, et qui continuerons à y errer – du moins en esprit. Nous avons fantasmé durant trois ans sur notre théâtre à venir, et voici venu le jour de plonger dans la matrice de nos rêves. De savoir qui nous sommes, et ce que nous ferons, mus par les songes que nous vivons.  Mais comment les apprivoiser ?
Dans la création de « Restons Ensemble Vraiment Ensemble », nous avons suivi deux mouvements parallèles : en premier lieu, les acteurs ont tenu des journaux répertoriant leurs rêves nocturnes. De ce matériau, sont nées des fantaisies scéniques.
En second lieu, nous avons travaillé sur un corpus de textes d'origines variées, centrés sur les rêves citoyens ou autres utopies collectives.
Ces deux mouvements sont mis en tension par une choralité protéiforme : tension entre des corps en présence / tension dans le partage du verbe.
L’individu, le multiple. Etre ensemble, être soi. Le rêve individuel, la communauté. Exposer des idées, visiter l’inconscient. Ce sont les axes que nous avons tenté de réunir sur ce projet d’été.

Vincent Brayer

Avec Koraline de Baere, Claire Deutsch, Pierre-Antoine Dubey, Charlotte Dumartheray, Thibault Duval, Baptiste Gilliéron, Cédric Leproust, Philippe Wicht
Promotion C, D et E

Mise en scène : Vincent Brayer / Musique : Cédric Simon / Son : Ian Lecoultre / Lumière : Nicolas Berseth / Collaboration littéraire : Raphaël Heyer, Antoinette Rychner / Visuel : Jean-Sébastien Monzani

Ajouter un commentaire

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site